1 - Our analysis forthcoming : "Etat et perspectives de l'économie française", May 2017

Summary: Many indicators reveal a worsening economic situation. Public power is relatively powerless to correct this deterioration due, on the one hand, unrenovated public finances and, secondly, an offer policy still difficult to implement in a fully open economy. The end of the crisis depends largely of the initiative and private investment whose results to date are mixed. Quantitative easing policy of the ECB will probably be no significant effect on productive activities and economic growth. In reality, monetary policy is not adapted to changing production structures. This policy of monetary abundance creates a liquidity trap, which may contribute to the lower exchange rate of the euro, higher inflation useful to the economic and banking activity, without a significant decline in unemployment (and poverty).In this context, the current model of the EU construction tends to petrify and is no longer suitable as a part of the national territory with several areas experiencing poverty in increase (graphic below). In reality, the European model of integration no longer works satisfactorily and must be rethought by supporting its deepening (Is that even possible?) or its mutation to a rehabilitation of national policies(the current negotiations for enlargement of the European Union should be postponed indefinitely and negotiation with Turkey limited to optimizing its customs union with the EU without joining it). The optimal monetary system for the countries of the European Union with regard to the state of their productive structures was (and is) the EMS and not the euro which was prematurely introduced (Denmark has understood this). Any project to solve the multidimensional crisis of the euro zone must not undermine European and international financial system which is not yet cleaned. It also should not bring dilatory and unrealistic responses to the crisis (the solution of a federal budget for the euro area, very difficult to implement, which is often based on an agreed and technically imprecise arguments, would be in fine economically inefficient).

Résumé : De nombreux indicateurs révèlent une situation économique dégradée. La puissance publique est relativement impuissante à corriger cette détérioration en raison, d'une part, de finances publiques non assainies et, d'autre part, d'une politique de l'offre toujours difficile à mettre en place en économie complètement ouverte. La sortie de crise dépend essentiellement de l'initiative et de l'investissement privés dont le bilan à ce jour est mitigé. La politique actuelle de Quantitative easing de la BCE sera sans doute sans effet notable sur les activités productives et la croissance économique. En réalité, la politique monétaire est inopérante sur l'état des structures productives. Cette politique d’abondance monétaire crée une trappe à liquidités pouvant contribuer à la baisse du taux de change de l’euro, à une inflation plus forte mais utile à l’activité économique et bancaire, sans un recul significatif du chômage (et de la pauvreté). Dans ce contexte, le processus de construction de l'Union européenne tend à se pétrifier en ne convenant plus qu'à une partie du territoire national dont plusieurs zones connaissent une paupérisation en accroissement (graphiques ci-dessous). En réalité, le modèle européen d'intégration ne fonctionne plus de façon satisfaisante et doit donc être repensé en privilégiant son approfondissement (est-ce encore possible ?) ou sa mutation vers une réhabilitation des politiques nationales (les négociations en cours d’élargissement de l’Union européenne doivent être reportées sine die et la négociation avec la Turquie limitée à l’optimisation de son union douanière avec l’UE sans adhésion à celle-ci). Le système monétaire optimal pour les pays de l’Union européenne au regard de l’état de leurs structures productives était (et reste) le SME et pas l’euro qui a été prématurément mis en place (le Danemark l’a bien compris). Tout projet pour résoudre la crise multidimensionnelle de la zone euro devra avant tout éviter de déstabiliser un système financier européen et international non encore assaini. Il convient aussi de ne pas apporter de réponses dilatoires et irréalistes à cette crise (la solution d’un budget fédéral pour la zone euro, très difficile à mettre en place, qui s’appuie souvent sur un argumentaire convenu et techniquement imprécis-on se paie de mots-, s’avèrerait in fine inefficace économiquement).

Ces graphiques tirés d'Eurostat montrent une accentuation des difficultés de l'Arc Atlantique, notamment dans les régions françaises :


2- Publication in the library book (Edited by): Enjeux et défis de la coopération euro-méditerranéenne, Ed. Néothèque, 483 p., Palaiseau, February 2013.



3 - Communication to the Conference: Trade Policies in Europe 1850 -1913 (Montesquieu-Bordeaux IV University, March 2013)


Click on the following link:








E-mail :





Back to top
of page