Bordeaux, le 19 février 2009

 

 

A propos du critère de l’AERES pour être considéré
comme chercheur publiant en Sciences économiques par cette Agence

 

 

            Le critère de l’AERES (deux publications en 4 ans dans des supports de sa liste de références de revues à comité de lecture) appelle plusieurs commentaires :

 

            - ce critère apparaît peu exigeant pour le nombre de publications à réaliser. Il nous semble qu’au moins deux publications par an représenteraient un travail de recherche minimal ;

 

            - la liste des supports est trop étroite puisqu’elle est  limitée à une liste non exhaustive de revues à comité de lecture. Or, il existe des supports autres (ouvrages par exemple) qui sont ignorés par l’AERES et qui, dans de nombreux cas, s’appuient sur des comités de lecture extrêmement rigoureux, de qualité scientifique adéquate (publications étasuniennes de la Brookings Institution de Washington, Nova Science à New-York,  etc). En France, les ouvrages font parfois l’objet d’une évaluation scientifique très rigoureuse avant publication. Il est non moins vrai que ce n’est pas systématiquement le cas. Mais, au final, l’approche partielle de l’AERES (en réalité, une sélection à l’économie, de notre point de vue) affaiblit considérablement la pertinence de son critère et doit conduire les enseignants-chercheurs à ne pas l’accepter tel quel et à  lui demander d’élargir sa base de référence  Il est vrai que cela impliquerait un travail supplémentaire assez lourd d’évaluation scientifique des différents supports de publications (différents des revues). On pourrait comprendre les réticences de l’AERES à réaliser un tel  travail mais en ne le faisant pas, la pertinence du critère de l’AERES se trouve posée.

 

            - un dernier commentaire concerne le classement en A, B ou C des revues. On est surpris de trouver classer en A un certain nombre de revues hexagonales. Mais cela est notre  point de vue…

 

            En ce qui concerne la politique de publications de la Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée, elle est de ne négliger aucun débouché (revues ou autres supports, y compris électroniques). Elle est aussi de publier en langues étrangères (espagnol et anglais), notamment aux états-Unis. Elle est enfin de publier sans référence au critère actuel de l’AERES du chercheur publiant en raison de son caractère beaucoup trop partiel.




Bernard Yvars
Chaire Jean Monnet ad personam
en Intégration régionale comparée




Retour au début
de la page


Retour au Sommaire